Plume Interactive : écriture web et ergonomie éditoriale par Eve Demange

Ecriture web, ergonomie éditoriale, optimisation de contenu éditorial web, rédaction référencement, management de projet éditorial Internet

01 septembre 2009

Qualité du "contenu web" : vitale, ou pas ?

Tous les professionnels du web utilisent le mot générique "contenu web", "web content" en anglais. Or ce terme flou, mais néanmoins très pratique, recouvre une réalité très hétérogène. Et selon la nature du site Internet et ses objectifs, la qualité de ce contenu web peut s'avérer plus ou moins vitale.

 

Billet qualité du web

 

Lors de ma promenade virtuelle du soir, je suis tombée sur ce post de Sébastien Billard : "Bon, le SEO c'est du contenu ou des liens finalement ?" Non seulement l'article est pertinent, mais les nombreux commentaires et témoignages des référenceurs sur leurs pratiques sont également riches d'enseignement.

Qu'est-ce qui est le plus efficace pour un bon référencement, se demande Sébastien : un contenu web de qualité ou bien de nombreux liens qui pointent vers le site ? Sa réponse (et celles de nombreux référenceurs expérimentés) semble pencher pour la deuxième solution. Un site Internet qui proposerait du contenu web médiocre mais avec de nombreux liens pointés vers lui (c'est ce qu'on appelle le linkbaiting) aurait un meilleur classement qu'un site Internet proposant du bon contenu mais avec peu de liens entrants.

Conclusion de nombreux référenceurs : pas la peine de travailler trop longtemps sur l'amélioration de la qualité du contenu web, mieux vaut concentrer ses efforts à créer des liens vers ce contenu. "20% de travail sur le contenu, 80% sur le linkbaiting" peut-on lire dans Le secret ultime du référencement. Le résultat sera plus efficace/temps passé. A vrai dire, ce n'est peut-être pas un mauvais calcul... si le "contenu web" du site est secondaire par rapport à l'offre et aux objectifs du site.

Je m'explique : un site de e-commerce pourra éventuellement se permettre d'avoir un texte pauvre au niveau du champ lexical et mal écrit s'il vend un bien très demandé, i-Phone par exemple. Si le processus d'achat est par ailleurs correct, les internautes pourront fermer les yeux, à partir du moment où ils ont réussi à obtenir ce qu'ils voulaient. Dans ce cas, une bonne politique de liens entrants peu faire l'affaire. Jusqu'à ce qu'un concurrent propose un contenu plus soigné, mieux écrit, plus riche en informations ET avec beaucoup de liens entrants.

Mais si le site en question est un média comme Lemonde.fr, un blog influent comme Presse-citron, un portail d'information du service public, ou une présentation d'une société, si la pertinence des conseils crédibilisent les services vendus par un site, le contenu web représente alors la substantifique moelle du site Internet. La raison pour laquelle viennent les internautes. Impossible de négliger le contenu sans risquer de perdre ses clients !

Voici 2 questions que je me pose :

1- Pour ces sites Internet, la qualité du contenu web n'est-elle pas trop vitale pour être reléguée au second plan ? 

2- A terme, est-ce qu'il est souhaitable de créer du linkbaiting artificiellement au détriment de la qualité du contenu web ?

Qu'en pensez-vous...

A lire aussi
Sébastien Billard : « L'idée d'un référencement éditorial fait petit à petit son chemin »
Olivier Andrieu : 80% du trafic moteurs vient de requêtes issues du contenu éditorial des pages
Tu produis du "contenu" ou des hamburgers ?
Le paradoxe Harry Potter

Posté par evedemange à 10:31 - Veille contenu éditorial - Partager - Permalien [#]
Tags : , , ,