Plume Interactive : écriture web et ergonomie éditoriale par Eve Demange

Ecriture web, ergonomie éditoriale, optimisation de contenu éditorial web, rédaction référencement, management de projet éditorial Internet

07 mars 2013

Pascal Maupas, Hypertexte : « La charte éditoriale web, c’est le code génétique de l’éditorial d’un site web. »

On ne présente plus Pascal Maupas sur ce blog ! Directeur de l'agence SEO Hypertexte, il a créé les formations à l'écrit web au Benchmark Group et connaît le sujet de la charte éditoriale web par coeur. Il accompagne à peu près toutes les entreprises du CAC 40, et ce depuis les débuts du web (ou presque). Voici son avis d'expert sur la question.

Hypertexte

Comment définirais-tu la Charte éditoriale web ?
La charte éditoriale web, c’est le code génétique de l’éditorial d’un site web depuis l’arborescence jusqu’au process de mise à jour. La charte permet de définir le rubriquage, les formats éditoriaux auxquels on tient, la tonalité éditoriale. Cela peut aller de 10 à 30 pages. Parfois nous faisons des petites chartes éditoriales d’une dizaine de pages.

Est-ce que les chartes éditoriales sont fréquentes ?
Dans tous les gros sites web, tu trouves une charte graphique. Parfois, c’est un classeur entier qui détaille tout jusqu’à la couleur du picto sur un bouton ! Mais pour l’éditorial, souvent personne ne sait exactement ce qui a été imaginé, choisi, décidé.

Dans les journaux et les magazines, c’est pareil. Quand tu commences à écrire des articles pour un titre, on t’amène une pile de magazines et on te dit « voilà, ce qu’on fait ! ». Et c’est à toi d’en déduire le ton, l’angle. Rien n‘est écrit. Or, cette façon de faire présente un risque majeur : tout peut varier dans le temps. Et la qualité de l’information en pâtit.

Est-ce qu’une charte éditoriale web est nécessaire ? Certains blogs revendiquent l'absence de charte comme une souplesse.
On peut se passer d’une charte éditoriale, mais la charte présente tellement d’avantages que c’est dommage de s’en priver.

La charte éditoriale cadre la pratique de manière à garder un niveau optimal. Il y a beaucoup plus à gagner qu’à perdre. Si un rédacteur commence à créer des titres incitatifs avec des jeux de mots et des clins d’œil aux lecteurs, c’est bien mais peut-être que ses articles ne seront jamais référencés dans google. S’il suit la charte éditoriale web et qu’il rédige un titre informatif avec des mots-clés, il assure la visibilité de son contenu. Et de la contrainte peut naître la créativité.

La charte me paraît indispensable également pour s’approprier le travail des prestataires extérieurs. Souvent, lorsqu’un prestataire arrive, de nouvelles idées affluent. Si on n’intègre pas ces idées dans la charte, elles retombent comme un soufflé. La charte permet de formaliser les idées, la créativité, l’expérience. Cela permet de l’injecter également dans son propre process.

La charte éditoriale est indispensable dans les situations nouvelles. Par exemple, un nouveau contributeur arrive en interne. Il ne sait rien du projet, la charte lui permet de rentrer dans le train tout de suite. S’il y a une absence imprévue d’un contributeur régulier, on peut briefer rapidement une agence, un freelance.

Tu es un ancien journaliste. Comment expliques-tu le fait que les magazines papier n’ont pas de charte ?
Dans un journal, les codes sont intégrés. Les journalistes connaissent les formats éditoriaux types. Ils savent tous ce qu’est un reportage, une narration de type magazine, un compte rendu, une brève. Ils ont appris ces codes à l’école, c’est leur métier.

En presse papier, les secrétaires de rédaction font les titres et les chapôs. C’est eux qui garantissent une cohérence à l’ensemble du journal. Ils doivent répondre de la qualité de leur travail devant leur SR en chef.

Et puis juste avant le bouclage, on affiche au mur toutes les maquettes du magazine. Cela permet d’avoir une vision très claire de ce qui va paraître. On voit le produit dans son ensemble. On peut contrôler la cohérence des articles. Le web est un objet différent, toujours en perpétuelle évolution. Il n’y a pas de début et pas de fin. Il faut une réflexion en amont et une charte pour cadrer l’ensemble de la production.

Sur les sites web, la rédaction se trouve beaucoup plus éclatée. Est-ce que l’on peut dire que cela rend la charte éditoriale nécessaire ?
Oui, tu as des correspondants ou des rédacteurs issus de plusieurs départements, avec des métiers différents. Souvent, la rédaction ce n’est pas leur métier. On leur demande de rédiger en plus. Certains écrivent de manière synthétique, d’autres vont avoir un style plus dilué. Si on ne cadre pas tout ça, on se retrouve avec un site complètement hétérogène.

Tous les interviews sur la charte éditoriale :
Elisabeth Clément, Télénantes : "Je crois beaucoup à la notion de Charte éditoriale web."
Le blog contributif d'informations et d'expressions Citizen Nantes
Le magazine Fragil


Commentaires

    Bravo

    La société Hypertexte est vraiment très fort dans la rédaction et le référencement bravo à cette équipe chapeau.

    A+
    Fabien de l'agence seo vip-agence.com

    Posté par Fabien, 20 mars 2014 à 22:18

Poster un commentaire