Plume Interactive : écriture web et ergonomie éditoriale par Eve Demange

Ecriture web, ergonomie éditoriale, optimisation de contenu éditorial web, rédaction référencement, management de projet éditorial Internet

19 février 2009

Police, couleur : quel code typo choisir pour vos textes web ?

Quelles sont les couleurs les plus lisibles sur le web ? Quelles polices de caractères choisir pour vos textes ? Et la longueur idéale d'une phrase : 15 ou 20 mots ? Petit tour d'horizon des études réalisées sur le sujet avec Miratech, société française spécialisée dans l'Eyetracking et fondée par Jérémie Eskenazy en 2005.

Choisir ses couleurs

Selon le compte rendu d'expert de Miratech  mieux vaut limiter le nombre de couleurs différentes. Cela simplifie le travail mental et permet au cerveau d'aller plus vite à l'information essentielle. Selon ce rapport, 3 couleurs serait une moyenne idéale, 6 serait un maximum. De même, il est préférable d'éviter le rouge et le vert. 8% de la population ne distingue pas bien ces deux couleurs (les "daltoniens").
Concernant le référencement, sachez que les couleurs ne sont pas "vues" par les moteurs de recherche. Les groupes de mots en couleur ne sont aucunement valorisés, seule une police en gras retient l'attention de Google.

Noir sur blanc ou blanc sur noir ?

Un écran noir permet de faire des économies d'énergie. Google a lancé une version noire de son site en 2007. Bonne idée, mais il faut le savoir: d'après une étude de Wendt en 1994, l'impression négative (caractères blancs donc sur fond noir) est lue 10% plus lentement par les internautes.

La bonne police de caractère
Cela n'est pas nouveau : les polices de caractère sans empattement seront mieux lues par les utilisateurs d'un site. Les meilleures polices pour votre site Internet sont les plus simples : verdana ou arial. Toujours d'après le compte rendu d'expert Miratech, Georgia serait la seule police à empattements adaptée au web.

Majuscules ou gras ?
Selon une étude de Karen Schriver, l'utilisation des majuscules ralentit la lecture de 13 à 20%. Privilégiez donc la mise en gras des mots importants et des titres. Par ailleurs, avec la mise en gras vous signalez aux moteurs de recherche qu'un mot ou un groupe de mot est important par rapport au contenu de la page. Ces termes seront ainsi mieux valorisés au moment de l'indexation et mieux trouvés lors d'une requête d'un internaute.

Comment signaler les liens ?
En 2003, l'étude Eyetrack III l'avait démontré : les internautes ne lisent pas le paragraphe situé sous un groupe de mots soulignés. Ils se concentrent sur le titre, puis passent directement à un autre titre selon le principe de la lecture scan. Si vous voulez que les lecteurs lisent votre accroche/chapeau, mettez le titre/lien en gras puis le reste de l'information à la suite, dans la même taille de police, en normal.

Comme ceci :
Titre de la phrase
. Suite du texte de l'accroche...

Pour les liens dans le corps du texte, deux écoles s'affrontent encore : les pros du soulignement arguant que ce principe fait partie des standards du web et les contres, militant pour plus de créativité au fur et à mesure que les internautes deviennent plus habitués. N'ayant pour le moment trouvé aucune étude scientifique sur la question, je vous laisse trancher (Une info ? Merci de la partager :-).

La longueur idéale du texte web
Toujours selon Miratech, la longueur idéale d'une ligne de texte se situerait entre 55 et 100 caractères. Selon les typographes, un interlignage correct se situe entre 120 et 150 %. Enfin Joël Ronez, dans son livre L'Ecrit web conseille de faire des phrases de 12 à 15 mots : "12 à 15 mots, c'est idéal ; 15 à 20 mots, c'est bien ; 38 c'est qu'il y a forcément un problème. Le lecteur sera essoufflé en arrivant au bout de la phrase. Ou plus plausible, aura abandonné en cours de route."

Joël Ronez cite une étude réalisée par François Richaudeau en 1969 sur la lisibilité d'une phrase :
- entre 12 et 17 mots, la phrase entière est lue de 100 à 70% ; la première moitié de 100 à 90%, la deuxième de 100 à 50%.
- au delà de 17 mots, la lisibilité chute à 50% seulement de la phrase.

Cette étude a été réalisée sur un texte support papier. Sur le web, il faudrait sans doute encore réduire ce nombre et viser 12 mots par phrase pour être vraiment efficace. N'oubliez pas de placer les mots importants en début de phrase. Zapez donc les périphrases sauf si cela s'avère important. Privilégiez le basique : sujet - verbe -complément.

Lire aussi
Faciliter la lecture sur le web, newsletter de Miratech 
Le paradoxe Harry Potter
L'étude Eyetrack : points clés


 



Posté par evedemange à 11:08 - Conseils écriture web - Commentaires [5] - Partager - Permalien [#]
Tags : , , , ,

Commentaires

    Economies d'énergie ?

    Pour information, afficher une page noire ne consomme pas moins qu'afficher une page blanche sur un écran LCD. Et je ne connais plus grand monde ayant un écran cathodique. Le moyen le plus efficace, c'est d'éteindre son ordinateur

    Pour tout le reste, j'adhère totalement.

    Posté par AxeNet, 21 février 2009 à 14:09
  • Choix des polices

    N'oublions pas que les polices Arial et Helvetica ont été créées pour le print et non pas pour le web.
    N'oublions pas que les polices Verdana et Georgia (dessinées par Matthew Carter)ont été créées pour le web. De plus elles sont multi-plateformes.
    Donc pas d'hésitation possible pour le choix d'une police de caractères.

    Posté par krysttof, 23 février 2009 à 10:47
  • Superbe article

    Juste une petite faute de frappe :

    Pour les liens dans le corps du texte, deux écoles s'affrontent encore : les pros du soulignement arguant que ce pricipe fait partie des [...]

    pricipe au lieu de priNcipe

    Posté par Kaimite, 23 février 2009 à 22:21
  • Interessant

    Très pointu mais intéressant malgré tout...

    Petite erreur au niveau du lien de la version dark de google (une version noire) : un espace en trop après le .com et avant le /

    Posté par Insky, 24 février 2009 à 19:13
  • Pas tout à fait d'accord : les caractères avec empattement sont plus lisibles, car l'empattement ménage un espace entre les jambages. Quand ils sont trop collés, cela diminue la lisibilité (voir le mot "millilitre" en antique et en Vookman, par ex.).

    D'autre part, pour la longueur de ligne, on ne devrait compter ni en "lettres" ni en "mots", mais en "syllabes".

    Posté par dogue, 02 mars 2011 à 16:37

Poster un commentaire