Plume Interactive : écriture web et ergonomie éditoriale par Eve Demange

Ecriture web, ergonomie éditoriale, optimisation de contenu éditorial web, rédaction référencement, management de projet éditorial Internet

11 août 2008

L'écrit web, courant d'air sémantique

Une des grandes nouveautés d'Internet depuis les bonnes vieilles pages de Gutenberg, c'est l'espace de lecture en trois dimensions. Ecrire pour le web ce n'est pas "écrire plus court", c'est surtout écrire en volume. Cela signifie penser l'article comme une unité de sens au sein d'un ensemble sémantique cohérent, une étape dans un parcours de navigation interactif vivant.

Le journaliste de presse écrite ou le rédacteur traditionnel conçoivent leur texte avec une logique linéaire : le titre, l'accroche, le développement, l'image, etc. D'une certaine manière, ils maîtrisent le sens de la lecture de gauche à droite avec un début et une fin.

Le rédacteur web, lui, doit penser son texte comme une succession d'éléments accessibles depuis n'importe où sur la toile et repartant vers une multitude de contenus. L'écrit web est un courant d'air sémantique. Le rédacteur web ne sait pas d'où viendra son lecteur et sur quels liens hypertextes il voudra repartir.

Comme écrit ailleurs sur ce blog, "pour créer un contenu éditorial adapté à un site web, il s’agit surtout d’avoir conscience de l’espace disponible." Penser chaque texte comme une partie autonome d'un tout, donner à voir l'information accessible sans submerger l'internaute, c'est cela toute la spécificité de l'écriture "en volume". Cela suppose d'avoir une excellente connaissance de l'ensemble des contenus d'un site (d'où l'intérêt d'avoir un outil de gestion de contenu efficace).

Et comme nous sommes plus habitués à lire et à dérouler une pensée "linéaire", ce mode de fonctionnement ne va pas de soi. Selon moi, il faut plusieurs années d'expérience pour arriver à penser en volume. Peut-être les jeunes générations qui passent leur temps à surfer en ligne auront-elles plus de facilité (ce n'est pas que je me sente une vieille "chnoque" mais quand j'ai découvert l'Internet en 1998, j'avais déjà au moins vingt ans de lecture linéaire derrière moi...) ?

Lire aussi : Bonjour, qu'est-ce qui vous ferait plaisir ?

 


Commentaires

    Les rubriques "liens" au fond des vieux sites

    Un truc très "old school" qu'on trouve encore sur une infinité de sites internet : les rubriques "liens utiles" ou "nos liens". Un principe repris des bibliographies à la fin des livres, pour indiquer des références et des documents pour aller plus loin. Voici un pur exemple de conception linéaire propre aux livres et qui a été appliqué à multitudes de sites web . Or c'est au sein même des coeurs de rubriques du site que les liens doivent être proposés, lorque ces liens sont associés aux mots ou phrases ou images présentées dans des pages structurées pour faciliter la compréhension. Il faut donc proposer dans ces pages toutes les portes de sorties utiles au besoin de l'internaute. Et le rédacteur Web doit donc accepter que ses textes soient lus rapidement, de manière très incomplète si l'internaute décide de zaper en cliquant sur un lien.
    Un site web, c'est l'inverse d'un roman : si le lecteur d'un roman ne lit pas le texte dans l'ordre, page après page, il est perdu ou cela veut dire qu'il abandonne, on doit donc l'inciter à tourner chaque page dans l'ordre. Pour un site web, on doit faciliter le "saute-page" dans n'importe quel ordre.

    Posté par Stephen, 14 août 2008 à 17:30
  • Autosuffisance des articles ?

    Pouvons-nous envisager qu'un article soit auto suffisant ? Si un article doit être considéré comme une partie d'un tout, le lecteur doit-il trouver toutes les informations nécessaires à la compréhension de l'article, dans l'article ? Peut-on dire que le lecteur ne doit pas avoir à cliquer sur des liens pour comprendre l'article. Je ne parle pas de liens vers des compléments d'information, vers des références citées et autre.
    Qu'en pensez-vous ?

    Posté par krysttof, 07 janvier 2009 à 15:38

Poster un commentaire