Plume Interactive : écriture web et ergonomie éditoriale par Eve Demange

Ecriture web, ergonomie éditoriale, optimisation de contenu éditorial web, rédaction référencement, management de projet éditorial Internet

08 juillet 2008

Erreur rédaction n°1 : évitez le langage autocentré !

Cas pratique : Le site du ministère de l'écologie sur le développement durable

L'erreur de rédaction la plus fréquente sur les sites des entreprises et des organisation publiques consiste à écrire du point de vue de l'organisation, sans penser aux utilisateurs qui viennent sur la page d'accueil. C'est le langage autocentré, malheureusement très souvent pratiqué.

Site_minist_re_d_veloppement_durable

Examinons la page d'accueil et le menu du site du ministère de l'écologie sur le développement durable.

Ce ministère, comme les autres, produit énormément d'études, de dossiers extrêmement intéressants sur les thèmes qui touchent à l'environnement. Naturellement, les citoyens comme vous et moi auront tendance à se tourner vers un tel site pour trouver informations officielles, textes de lois ou formulaires.

Quelles informations trouve le visiteur ?

Les premiers mots qu'il lit sont à gauche, "Ministère de l'écologie, de l'énergie, du développement durable et de l'aménagement du territoire" et à droite la tagline "présent pour l'avenir". Premièrement c'est un peu perturbant, le visiteur pourrait penser qu'il se trouve sur le site du ministère de l'écologie mais non, il n'est que sur l'un des multiples sites créés par le ministère. Deuxièmement, le lecteur ne voit rien qui s'adresse à lui.

A gauche, sous le moteur de recherche heureusement bien situé, le menu propose les options suivantes :

MinDev

Tous les items du menu parlent de l'organisation elle-même, "nous", "nos missions", "le ministère", rien pour le citoyen qui vient chercher là des informations précises, des études.

Puis
Nos services en ligne
    Formulaires en ligne
    Prévisions et alertes
    Carte des radars automatiques
Ces services très utiles pour les internautes qui n'ont plus besoin de se déplacer pour remplir leur formulaire en ligne sont toujours présentés du point de vue du ministère "Nos services", "nos formulaires", etc... Dommage.

Ensuite, les internautes peuvent décider de rejoindre le ministère "Nous rejoindre" ou de répondre à un "appel à projet " (oui mais lequel ?), consulter les "enquêtes publiques" un terme là encore pas assez parlant pour l'internaute lambda non rompu au langage ministériel. Qu'est-ce qu'une enquête publique ? Un sondage auprès de la population ? Une étude ?

Et pour finir, l'internaute peut choisir d'aller dans l'espace qui lui correspond :
Espace Presse
Espace Professionnel
Espace Association
Europe & international

Donc, les citoyens qui ne sont ni journalistes, ni professionnels, ni membres d'une association, ni étrangers, bref ceux qui ne rentrent dans aucunes cases ne sont pas bienvenus sur le site ?

Rien sur cette page d'accueil ne semble réellement fait pour le citoyen qui vient chercher des renseignements. Tout le contenu est pensé du point de vue du ministère et les intitulés choisis ne sont pas assez précis pour permettre aux personnes de naviguer correctement. 

Pourtant, qui prend la peine de passer cette première page et de fouiller dans le site trouve une mine d'informations d'une grande qualité, un réel bouillonnement de projets et d'idées mais cette richesse ne se retrouve pas sur la page d'accueil du site.

Que penseriez-vous d'une vendeuse qui parlerait sans cesse de sa patronne et de l'organisation du magasin ?

Conclusion : si vous voulez que vos lecteurs reviennent, n'oubliez pas de leur parler de ce qui les intéresse.

Lire aussi Le format article Aufeminin


Commentaires

    Belle analyse!
    Il faut avouer que les services publics ne sont pas aussi doué en communication que les politiques! Le fait que ces sites n'ont rien a prouver (j'entends par là aucun objectif de vente ou autre), enlève souvent la nécessité de se mettre à la place du visiteur!

    Posté par Lucas, 25 juin 2012 à 10:16
  • Article très pertinent ! Je trouve cela très intéressant de prendre un cas concret, c'est bien plus parlant pour faire passer une idée précise sur le métier de rédacteur web. Je suis contente de ne pas avoir perdu mon temps, merci bien !

    Posté par lauraoza, 11 octobre 2012 à 15:43

Poster un commentaire